7,8,9 février : Week end d'inauguration du piano carré Erard 1806

5 Concerts, 1 rencontre et 2 masterclasses, Salle Cortot 7 février, Reid Hall 4 rue de Chevreuse Paris 6e

En 2018, un groupe de musiciens, facteurs et passionnés de piano décident de se réunir en association. Leur but est clair : défendre et diffuser la connaissance et la pratique du piano historique en France.

C’est ainsi que naît La Nouvelle Athènes – Centre des pianos romantiques.

 

Comme acte fondateur, ils décident d’acheter collectivement un pianoforte carré Erard de 1806 et de confier la restauration le Maître d’Art Christopher Clarke, grand spécialiste de la facture pianistique française de l’époque.

Le choix de l’instrument est significatif. Présence incontournable dans les salons parisiens sous l’Empire, ce modèle de piano carré du principal facteur de piano français de l’époque, est aujourd’hui un outil indispensable pour réévaluer l’œuvre pianistique française du premier romantisme français.

Son toucher expressif et la multiplicité de ses registres sonores permettent de restituer à ce répertoire injustement méconnu la variété de couleurs et d’images qui sont à la base de son inspiration.

 

Paris, Londres et Vienne furent des foyers majeurs dans l’essor du piano.

Les facteurs développaient une esthétique sonore locale - Erard à Paris, Broadwood à Londres, Streicher ou Graf à Vienne -, tandis que les pianistes virtuoses itinérants façonnaient leur « pianisme » à chaque rencontre instrumentale différente.  Sébastien Erard offrit au maître Haydn son grand modèle 1802 à registres qui inspira une nouvelle approche du piano pour Beethoven.

 

Les pianistes itinérants Dussek d’origine bohémienne et Steibelt d’origine prussienne marquèrent durablement la vie parisienne par leur talent et la maîtrise des registres sonores spécifiques à la facture française qui favorisaient une veine pittoresque tout comme un cantabile pianistique raffiné. Parallèlement, l’essor de l’école de piano française, animée par Louis Adam, Hélène de Montgeroult au Conservatoire de Paris, allait former une nouvelle génération romantique avec Kaklbrenner et Hérold.

 

Ce week-end d’inauguration - le 7 février 2020 à la Salle Cortot ainsi que les 8 et 9 février 2020 au Reid Hall   réunit Piet Kuijken (pianiste professeur au Conservatoire Royal de Bruxelles) et deux anciens élèves d’Edoardo Torbianelli : Eloy Orzaiz et Luca Montebugnoli (pianiste, doctorant à l’institut Orpheus de Gant), ainsi que Daria Fadeeva et Bénédicte Harlé les 8 et 9 février au Reid Hall, tous désireux de faire partager leurs explorations des répertoires fondateurs du langage pianistique romantique.

Pour réserver en ligne cliquez sur le Erard 1806

Erard_1806_étiquette_-_copie.jpg

Cinq concerts autour du Erard 1806 en savoir plus

7 février Salle Cortot 20h -

Dans les salons parisiens sous le Premier Empire

P.Kuijken, E.Orzaiz, L.Montebugnoli & Ensemble Hexameron .

8 février Reid Hall

17h30 - Pianistes parisiens sous l’empire;  Daria Fadeeva

20h30 - La facture Erard : Une sensibilité des claviers :

Dussek, Beethoven et Adam ; Piet Kuijken

9 février Reid Hall

15h30 - Concert lecture Hélène de Montgeroult; B.Harlé, J.Dorival

17h30 - La sonate avec accompagnement de violon; E.Orzaiz, M.Ramirez

Rencontre et masterclasses

Reid Hall
8 février 10h-13h : Rencontre autour du piano Erard 1806 avec le Maître d'Art Christopher Clarke, tables rondes

8 février 14h-17h et 9 février 12h-14h : Masterclasses avec L.Montebugnoli et A.Lubimov